L’épave du Sagona, dit « Le grec » :

Histoire :

Le Sagona est un petit cargo de 53 m de long pour 8, 60 m de large,  jaugeant 808 tonneaux et qui a été construit aux chantiers navals de Dundee, situés en Ecosse. Après avoir appartenu à plusieurs compagnies maritimes, il devient la propriété de la compagnie Zarati battant pavillon panaméen. Le 3 décembre 1945, lourd de son chargement de barriques de vin et alors qu’il navigue trop près des côtes de l’île de Porquerolles ; il heurte une mine à la dérive qui explose à la hauteur de son avant bâbord. Cassé en deux, il coule rapidement, laissant deux morts et un disparu. Depuis, l’épave est surnommée le « Grec », car l’équipage était d’origine grecque lors du naufrage.

LA PLONGÉE :

L'épave du Sagona repose à ‑46 m dans le Sud ‑ Est de l'île de Porquerolles. On peut y accéder à partir de Carqueiranne, Giens, Hyères, La Londe‑des‑Maures, Bormes‑LesMimosas et le Lavandou. C'est une des épaves les plus connues du secteur avec le Prosper Schiaffino, dit le « Donator ». 

Comme sur son voisin le Donator, la descente sur le Grec est un régal : dès vingt – cinq mètres l’épave nous présente sa vue de dessus et, à l’image des poissons qui nous entourent, nous pouvons nous diriger en sondant vers les châteaux central ou arrière et les cales béantes encadrés par leurs treuils et mâts de charge.

A la hauteur du château central, on peut pénétrer dans la salle des machines – voir les 3 couvercles de tailles différentes de la machine à triple expansion et les chemins de promenade en caillebotis - puis se pencher au- dessus du puits laissé par la disparition de la cheminée. Si l’on s’approche les coursives, on peut admirer les bossoirs toujours à poste.

Si l’on sonde directement jusqu’au fond à ‑46 m, on peut longer les flancs. Drapés dans leur fourreau de gorgones bleues, les murs de la coque sont superbes et il n’y a qu’à cheminer à leur hauteur pour aller vers l’arrière où l’on peut admirer le safran, haut de 2,5 m .

 

 

La proue, partie manquante de l'épave, se trouve à 60 mètres parallèlement au côté bâbord. Cette partie avant, longue de 15 m, a conservé son treuil. On peut y entrer par le trou béant de la partie avant et ressortir sur le côté par une large ouverture située dans les coursives. Elles sont obstruées par de splendides gorgones bien charnues qu’il est indispensable de respecter. Il est grand temps de commencer la remontée.

 

Faune et flore :

On trouve des gorgones sur les flancs du navire, des milliers d'anthias et des bancs de sars. Entre la coque et la sable, et sur le safran, on déniche mostelles, homards et congres. Un mérou, habitant des lieus encadre sa tête dans un hublot des coursives. Vers l’avant, les débris de la déchirure de la coque abritent des gros bancs de sars.

 

Pour les plongeurs de niveau 2 et 3 confirmés. Attention au courant qui peut se révéler puissant.

 

 

POSITION :

Localiser l'épave : 42° 59’ 640 N – 06° 16’ 695 E pour la partie principale.