LE  CHAOUEN

Histoire :

Au large de Marseille repose un cargo marocain : Le Chaouen. L'épave du Chaouen, qui est la plus récente des épaves environnant la cité phocéenne, repose au pied de l'île du Planier entre ‑8 et ‑35 mètres. Lancé en 1961 à Travemunde (Allemagne), le Chaouen est un cargo transporteur d'agrumes battant pavillon marocain. Jaugeant 1.550 tonneaux pour 90 m de long et 13 m de large, il était propulsé par deux moteurs diesel de 1.370 chevaux.

 

 

Le samedi 21 février 1971 la mer est belle et l’équipage a une confiance aveugle dans le pilote automatique. Dommage, car le navire heurte le sec de la pierre à la bague, à 250 m au sud-est de l’île du Planier. Courant sur son erre, il finit par percuter l'île. Il est environ 20 heures, le Chaouen, la proue enfoncée, commence à couler. Les effets conjugués du temps et de la mer feront que l'épave glissera peu à peu vers le fond où elle prendra sa position actuelle.

La plongée :

 

 L’épave du Chaouen est couchée sur bâbord – sur son coté gauche -, dans seulement 8 m d'eau. Sa proue est éclatée. Hors des tôles enchevêtrées se trouvent des dizaines de mètres de chaînes. Dans ces amas de ferraille, on identifie tout de même le treuil avant et, aux environs, les deux ancres. Tout le reste du cargo est en bon état, y compris la cheminée et le château où pendent les bossoirs vides. L’épave côté tribord, peu concrétionnée, présente l’aspect du cargo comme s’il était à quai. La poupe, qui repose à ‑35 m sur le sable, possède toujours gouvernail et hélice, magnifiquement parés de gorgones rouges. En retournant vers la proue, on rencontre le mât, “ A ” majuscule qui se détache du grand bleu. Là aussi des gorgones rouges ainsi que des clavelines s'y accrochent (photo n°15). Les coursives extérieures et intérieures permettent un accès facile à l’intérieur du château. De même, vides, l'accès aux cales est facile, seul l'accès à la salle des machines peut présenter un risque. La remontée peut se faire tranquillement en direction de la proue. Un dérivatif sympa : l'exploration du petit tombant situé à gauche. On y trouve des magnifiques gorgones et on peut espérer rencontrer de superbes sars.

Position :

Pour se rendre à l’île du Planier il faut compter une petite heure de bateau et une météo favorable car le mistral ou un vent d'est n’autorisent pas la plongée. A la rigueur, on peut se reporter sur l’épave du Dalton, située au sud-ouest de l’île. L'épave se situe dans une petite crique à l'ouest de l'île à l’aplomb d’un petit débarcadère. Elle est visible depuis la surface quand l'eau est bien claire. Le mouillage est possible dans la crique par 3 m d'eau. C'est une plongée tous niveaux, au regard des prérogatives de chacun...Position : 43' 11'99 N ‑ 5' 13'80 E.

 

Faune et flore :

Loups, congres, anthias, poulpes et langoustes...et puis surtout de magnifiques clavelines à voir sur la haut du mât arrière.